Jour 8 et 9 : Une pause s’impose à Regensburg

Jour 8: Total repos!

Ça y est, nous avons déjà parcouru un demi-millier de kilomètres (dit comme ça c’est tout de suite plus impressionnant). Nous voulions nous arrêter avant mais les changements de parcours successifs nous ont poussé à prolonger l’effort malgré les premières douleurs aux genoux (pour Cécile) et au cucul (pour nous deux). Regensburg semblait être la ville idéale pour un bon break et nous n’avons pas été déçus. Au programme : tourisme, grasse mat’, lessive, restau, sieste, biergarten, coiffure, balade, concert… Bref, tout le nécessaire pour remettre un homme (et une femme) en selle.

 La ville est toujours aussi animée en ambiancée:

Petit concert de jazz très sympa

Nous écoutons tout ça d’une oreille attentive tout en goûtant enfin aux délices de la cuisine bavaroise promis par les allemands du festival de country.

Le schwein haxe, enfin!
Et ça c’est du sauerbraten avec boulette de pain

Allez, hop, balade digestive hautement nécessaire:

                                                  

Nous profitons bien de la ville et de ses bienfaits, dont les glaces!

Mais détrompez-vous, ça n’a pas été non plus de tout repos, car la mise à jour du blog c’est aussi avérée assez chronophage, ce qui justifie bien une pause de deux jours.

Jour 9 : 16 petits kilomètres avec 224 m de dénivelé

Le lendemain, nous décidons de prendre un peu le temps au camping pour faire des choses utiles, telles le blog ou la lessive.

Les dessous du blog
Les dessous de Victor et Cécile

Il y a même un atelier coiffure (le cheveux longs sous le casque c’est pas top) dont on vous offre un bel avant/après.

Dans l’après-midi, nous partons à la gare de Regensbourg, en se disant qu’il aurait sans doutes fallu plus de temps pour tout découvrir de cette ville, puis, à vélo, nous mettons le cap sur la frontière tchèque.

Oui, nous allons à la gare, et oui, c’est pour prendre un train, puisque le temps nous est compté à cause des dates de début de nos visas russes, et de notre rendez-vous avec les parents de Cécile, le 21 à Tallinn (alors c’est pas vraiment de la triche surtout qu’on ne fera qu’une centaine de kilomètres).

Nous arrivons dans des coins un peu moins riches et plats que Regensburg, qui nous réveillent les mollets, avant de trouver un bivouac sympa et champêtre en hauteur.

2 réflexions au sujet de « Jour 8 et 9 : Une pause s’impose à Regensburg »

  1. Cécile, je sais pas si les cheveux mi-long c’est mieux que les cheveux longs. Par exemple là il fait 37°C à Paris et j’ai des vieilles mèches trampouillasses de sueur dans le creux de la nuque dès le matin (les joies des transports en commun). Voilà. Sinon au roller y’a des meufs qui se mettent un bandana sous le casque et il paraît que c’est un peu plus supportable (je suis sceptique).
    Je demeure à ta disposition ainsi qu’à celle des internautes pour tout conseil beauté / sueur.

    Répondre

    1. Effectivement, le mi long, ça n’est pas assez efficace pour éviter les cheveux trampouillasses dans la nuque. Il faudrait passer au court mais Victor ne maîtrise pas encore assez bien les ciseaux. Ou alors, solution radicale, on rase la nuque!
      Il a l’air de faire sacrément chaud à Paris, courage Juf!!!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.